Des pavés dans la mare

L'origine du chien et la hiérarchie, des notions remises en question par des pseudo spécialistes!!!

L’ORIGINE DU CHIEN ET LA HIERARCHIE REMISES EN QUESTION

Par MR Joseph ORTEGA le 13  juin 2012



La hiérarchie


« Il est évident que la vie organisée dans une communauté d’animaux supérieurs ne peut guère se développer sans un privilège d’ordre, une hiérarchie sociale » K. Lorenz

Contrairement aux idées farfelues que certains veulent faire accroire, comme le fait que celle-ci n’existe pas (Coppinger), elle est une réalité et une nécessité pour les espèces qui vivent en groupe comme le loup. 

Elle signifie la dominance de certains individus dans les actes de la vie avec une priorité à la nourriture, aux lieux de repos, à la reproduction, aux actions liées à la survie comme la chasse (prise de décision). 

Cette domination commence très tôt, s’il y a plusieurs naissances par des louves de la meute, les jeunes appartenant au couple dominant qui suivent leur parents apprennent par conditionnement que les autres membres adressent des comportements d’allégeance à ceux-ci, donc ils se considèrent comme supérieur par imitation et auront plus tard une volonté de dominance vis-à-vis des congénères. 

La dominance va s’établir lors des interactions entre les membres, d’abord dans le jeu, puis lors des actions de groupe, jusqu’à devenir des rituels de communication qui permettent d’éviter les conflits sanglants.

La hiérarchie peut avoir différentes formes :

Linéaire : le sujet alpha a préséance sur tous les membres du groupe, celui qui est bêta (juste derrière lui) domine tous les autres sauf l’alpha, et ainsi de suite. Bien entendu, celui qui est au dernier rang, l’oméga, est dominé par tous. C’est ce qui se passe chez les loups. Le mâle dominant domine mâles et femelles, la femelle dominante domine toutes les femelles, les louveteaux ayant eux également une hiérarchie entre eux. 

Il existe également chez d’autres espèces, des hiérarchies pyramidales (plusieurs sujets ont le même rang, l’alpha domine deux sujets
 bêta, qui ont à leur tour préséance sur quelques sujets 
gamma, etc.) ; des hiérarchies en râteau, où l’alpha domine tous les autres membres du groupe qui sont au même rang hiérarchique, etc.

Comme l’a dit Boris Cyrulnik, la hiérarchie lors d’un repas d’une meute de loup est comparable à un banquet chez les humains où chacun doit occuper une place établie
.



Il est aisé de se faire remarquer dans le domaine de l’éthologie des canidés, soit en possédant une expérience profonde sur le terrain, soit en prenant à contre-pied les connaissances sur le sujet qui sont pourtant largement admises par les spécialistes.
 
Comme à mon habitude je ne vais pas m'embarrasser de circonlocutions, peut me chaut que cela ne plaise pas à tout le monde. Que ceux qui désirent se laisser circonvenir par ces nouveaux "penseurs" de la psychologie du chien le fasse...
 
Ce qui revient à dire « émettre des affirmations qui ne sont pas soutenues par une expérience vécue et concrète ».


Il semble que c’est la voie qu’a choisit Ray Coppinger pour se singulariser. Aujourd’hui où il y a pléthore de « spécialistes  du comportement canin » qui n’ont pour la plupart que des connaissances théoriques souvent issues de lectures ou de cours par correspondance, il a trouvé auprès d’eux une oreille attentive. 

Pourquoi, car cela permet de contredire les acquis de l’éthologie, en le citant à tout propos. Ces affirmations qu’ils revendiquent permettent d’avoir un discours pseudo-scientifique et d’employer la dérision pour ceux qui ne pensent pas comme eux, tant il est vrai que moins on a d’expérience, plus on a besoin d’afficher un point de vue péremptoire. Remettre en question une thèse qui a un consensus scientifique, ne peut pas être sérieux…

Il faut savoir que beaucoup d’entre eux, lorsqu’ils ont à résoudre un problème de comportement chez un chien, ne veulent pas le voir et ne se rendent pas dans la famille où il vit, se contentant d’un interrogatoire des maîtres, masquant leur manque de connaissance derrière un vocabulaire issu de la psychologie ou de la psychiatrie humaine…

Ils iront même jusqu'à vous dire: "nous sommes spécialistes du comportement, l'éducation n'est pas notre domaine"

Quelqu’un qui a une bonne connaissance de terrain n’a pas besoin d’endormir son auditoire derrière des mots, ce qu’il dit il l’a
 vécu et constaté, et la réalité restera toujours son critère de valeur, même s’il a des savoirs éthologiques, neurobiologiques, ethnologiques, psychologiques, sociologiques.
Les maîtres attendent une solution rapide et efficace et non des mots. 
On pourrait reprendre point par point, les théories de Coppinger, mais on se contentera de répondre aux grandes lignes.

L’origine du chien serait une espèce de chien sauvage qui aurait disparue :


Actuellement il y a un consensus de tous les scientifiques pour dire que le chien vient du loup. Parmi les membres du genre 

Canis : coyote, chacal, loup, c’est ce dernier qui est désigné :

 - Pour ses caractères morphologiques : (pigmentaires, proportions corporelles, squelette, parties molles, tête). Il faut tenir compte du polymorphisme (de 1 à 100) opéré par la main de l’homme. Il existe quelques différences qui sont affaire de spécialistes comme l’angle orbital qui est de 40 à 45° chez le loup et de 53 à 60° chez le chien, ou la taille de la carnassière (grosse molaire) qui est d’un tiers supérieure chez le loup. Les différences morphologiques évoquées par Coppinger sont tout simplement celles qui apparaissent lorsqu’on domestique une espèce : loup, sanglier, cheval…

-  Pour ses caractères biochimiques : Groupe sanguin, protéines sériques, enzymes cellulaires et plasmatiques, etc. Ce qui permet d’établir une filiation phylogénétique du loup au chien.

-  Pour ses caractères physiologiques :
Métabolisme basal, régulation thermique, répartition des glandes sébacées, pression artérielle, système nerveux et organes sensoriels, glandes endocrines, etc. 

- Pour ses caractères pathologiques : Sensibilité aux mêmes affections.

-Pour ses caractères comportementaux : Sur 90 traits de caractère du loup on en trouve 70 chez le chien. On peut même faire remarquer que les instincts naturels persistent chez le chien malgré des centaines d’années de sélection par l’homme alors que la morphologie se transforme (certains caractères qui auraient été  rédhibitoires en milieu naturel, sont favorisés). Certains instincts ne servent plus à rien mais sont toujours là, comme gratter et tourner en rond avant de se coucher, ce qui est compréhensible par moins de 50° dehors, mais dans un appartement surchauffé ?

-Enfin les preuves les plus récentes basées sur l’analyse de l’ADN mitochondrial, étudiées par Clutton-brock, Ostrander, Savolainen, Wayne, Vila… Qui ne donnent que 0 ,2% seulement de différence entre chien et loup.
 
Le loup n’aboie pas : 

Dans la nature on doit rester discret si on veut chasser ou échapper aux prédateurs. Le louveteau aboie comme le chien, il va s’initier progressivement aux hurlements avec les adultes, lors des chorales de la meute pour marquer le territoire et resserrer les liens du groupe (des enregistrements de loups sauvage que j'ai fait l'atteste)

Les chiens de type primitif comme le Basenji n’aboient pas non plus.

Le loup est beaucoup moins rapide que le chien sur longue distance :

L’homme a fait des chiens spécialisés pour la poursuite en plaine comme le lévrier, le loup comme le berger allemand a une allure ample, souple, rasante,  qui est économique, ce qui lui permet de poursuivre une proie beaucoup plus longtemps (il pratique également le relais).

Chez le jeune loup entre 4 et 12 mois, il y aurait des comportements émergents de recherche de nourriture qui n’existerait pas chez le chien : 

Un chien qui est nourri et souvent gavé par les maîtres ne se préoccupe pas de recherche d’aliment, mais qu’on le laisse quelques jours à jeun et on retrouvera le loup. Ma Méthode Naturelle ne fonctionne d’ailleurs que sur ces mécanismes d’instinct primaire (lié à la survie), que l’on trouve chez tous les chiens.


A 16 semaines, la personnalité sociale d’un chien est fixée pour la vie :


Un chien, c’est grosso modo, 20 % de génétique et 80 % de milieu. Il est vrai que la période critique de socialisation est comprise dans cette période, pourtant le milieu de vie va influencer largement sa personnalité, on sait par exemple que même si l’éleveur a fait tout ce qu’il fallait pour stimuler et socialiser, si le maître ne continuent pas à le faire (en ne sortant pas son chiot) cela mènera à une désocialisation. D’autre part, les accidents de la vie peuvent modifier fortement celle-ci.

Enfin, la théorie « de la dominance qui n’existerait pas chez le chien ou le loup » :

Cette thèse, soutenue également par Ian Dunbar, est basée sur une interprétation différente et va jouer sur les mots.

La hiérarchie est une constante dans toutes les sociétés, elle permet l’organisation du groupe pour une meilleure survie. Sinon c’est l’incohérence et l’anarchie.
 
Une finalité biologique qui limite l’apparition de conflits et offre la stabilité et la collaboration efficace. 

Une organisation hiérarchique stable qui est maintenue par de nombreuses interactions chez les espèces grégaires comme le loup. 

Il y a rarement de combats et ceux-ci sont ritualisés, je n’ai jamais constaté chez les loups qui vivent à l’état sauvage de blessures graves (ce qui n’est pas le cas chez ceux qui vivent en limitation de mouvements comme les parcs où les troubles du comportement sont nombreux). Blesser un congénère c’est diminuer le potentiel du groupe, donc de la survie.

Un dominant n’a pas besoin de faire montre d’agressivité pour être respecté, sauf si sa position est mise en doute, c'est-à-dire, qu’au lieu d’un comportement de soumission (apaisement), on lui oppose une menace. Telle que le regard fixe, l’exhibition des dents, le grondement… 
Cela peut se dérouler à proximité d’une source alimentaire, d’un lieu réservé au dominant, d’une femelle en chaleur.

Même dans ce cas, il s’agit d’un engagement ritualisé comme chez le cerf, ou le coq de bruyère qui se solde rarement par des blessures graves.

Ce qui engendre un résultat dominant/ subordonné obligatoirement, alors dire que c’est le dominé qui se soumet ou que c’est le dominant qui soumet, c’est la même chose.

Malgré les assertions de Coppinger ou Dunbar, le chien reste un loup dans son mental, je répète, même si sa morphologie en est très éloignée (pour certaines races). Ce n’est pas une extrapolation cavalière et si on a une bonne connaissance des chiens et des loups qui vivent à l’état sauvage (et non après les avoir observés en parc zoologique près de chez soi!), on en est certain !

Il est évident que le chien a adapté ses comportements et sa manière de communiquer à l’homme, il développe, comme l’a démontré Eberhard Trumler, élève de K. Lorenz, une série de codes extrapolés de sa communication intraspécifique.

M. W. Fox, insistera sur les similitudes de comportement entre le chien et le loup.

L’homme comme le loup était un prédateur, ils avaient les mêmes structures sociales au départ, puis le loup est devenu le chien ce qui a exigé d’estomper les caractères négatifs de cette vie commune, comme par exemple, la peur de l’inconnu.

Le chien est un loup infantilisé (néoténie) qui a été débarrassé des contraintes de la survie, d’autre part il est amené à une proxémie avec l’humain qui lui est souvent préjudiciable. Son monde (Umvelt) est différent et moins on lui donne la possibilité d’exprimer ses comportements naturels, plus il a de problèmes.

Un chien de berger qui fait ses 50 km dans la journée autour du troupeau aura moins de problèmes comportementaux que celui qu’on sort une demi-heure en laisse dans son quartier !

Le chien a besoin d’une hiérarchie (du grec  hieros « sacré » et archos « ordre » tout comme son ancêtre, sinon il est normal qu’il prenne le commandement dans la maison. 

Il suffit de faire comme chez les loups, aimer son chiot tout en le dirigeant, et savoir le détacher du maître au bon moment, vers 4 à 5 mois (j’ai pu observer chez les loups que les louveteaux sont d’abord allaités, puis nourris par régurgitation, ensuite par des morceaux de gibier ou d’une proie encore vivante (mais blessée) pour apprendre l’orientation de la morsure qui tue, donc qui permet de se nourrir par renforcement positif, que ce détachement se réalise de manière brutale. 

A un jour « J », celui qui était gâté par le groupe, a commencé à accompagner la meute lors d’une chasse à proximité du domaine vital, la proie est abattue, comme d’habitude il s’avance pour se nourrir en priorité, soudain son père (le leader du groupe) l’attrape par le museau en grognant de manière très spectaculaire mais non douloureuse. 
Le louveteau vient de recevoir la leçon qu’il aura à respecter toute sa vie, il devra tenir son rang hiérarchique !  

 Le maître n’a pas besoin de frapper pour s’imposer, il suffit de mettre des interdictions en place et un contrôle des espaces sacrés comme le lieu du repas (et le repas lui-même), le lieu du repos (fauteuil, chambre), le lieu du jeu en restant le maître du jeu (peut importe si le chien joue à tirailler le jouet, du moment qu’il cesse sur l’injonction du maître).

S’il faut intervenir, il faut le faire rapidement mais de manière incisive, comme chez les loups, c’est du théâtre pour impressionner psychologiquement, pas pour faire mal physiquement. 

Bien entendu il s’agit d’un chiot, si un adulte en est arrivé à agresser ou menacer son maître, c’est que l’on a commis beaucoup d’erreurs et il faut mettre alors en place un protocole pour récupérer la place de meneur que l’on a jamais eu ou que l’on a perdu, on aucun cas avoir recours à la punition directe sous peine de se faire mordre (ce qui serait logique selon l’éthologie des canidés qui veut qu’ un inférieur n’ait pas le droit d’agresser un supérieur …).

Rappelons la formule que se transmettent les chiens, de génération en génération, « 
tout ce qui n’est pas interdit est autorisé ».

Ceux qui disent qu’il ne faut pas déranger le chien qui grogne et montre les dents lorsqu’il mange, qu’il ne faut jamais le déranger lorsqu’il dort, qu’il ne faut jamais jouer à des jeux de traction, sont des maîtres qui n’ont aucun contrôle réel sur leur chien (s’ils en ont un) et manquent d’assurance vis-à-vis d’eux. Un vrai meneur connaît « par cœur » les membres de son groupe et répond à ses signaux de manière naturelle, fermeté n'est pas brutalité.

La principale arme de l’éthologie n’est pas la connaissance livresque mais l’empathie afin de pénétrer le monde perceptif de l’autre espèce, ce qui amène à une meilleure compréhension.
 
On a pas attendu les auteurs anglo-saxons pour connaître les chiens et utiliser les méthodes dites positives, voici pour conclure un extrait de mon premier livre écrit en 1977 (avant l’invention de la Méthode Naturelle) : « 
Chaque fois qu’on brutalise un chien, on lui enlève du caractère et on en fait un instable, un anxieux qui hésite à obéir par crainte de commettre une erreur lui 
attirant les foudres de son dieu », ou dans mon dernier ouvrage traitant de l’obéissance par la Méthode Naturelle paru l’année dernière : « Il est évident qu’on peut tout lui demander, encore faut-il savoir le faire en le respectant et en lui faisant aimer ce que l’on désire de lui, il doit participer en étant avec son maître et non à côté de lui.
Le véritable conducteur doit être charismatique car la puissance du mental dominera toujours celle du physique avec laisse et collier. Ses outils, c’est la motivation, le renforcement positif, la coopération ; au lieu de décider, de contraindre, d’imposer…
 ».

Au dressage aveugle j'opposais déjà la relation avec l'animal, avec une notion de dominance non brutale, qui fait du maître une "référence", quelqu'un sûr de lui qui sait diriger de manière fluide, bref quelqu'un que l'on écoute car en a confiance en lui.

Cela m'a permis d'inventer la Méthode Naturelle en 1978 et l'école des chiots, des méthodologies que ces gens là n'ont pas hésité à copier. il est vrai que c'est loin l'Amérique...

Il reste à conseiller à ceux qui veulent émettre des théories, de les avoir testées et confirmées sur le terrain, avec plusieurs chiens, avant d’en faire une « vérité ». 
On ne leur demandera pas de mener un chien au championnat du monde de travail, mais qu'ils nous montrent donc simplement, s'ils sont aptes à faire un "excellent" en classe 2 d'obéissance, une discipline ouverte à toutes les races qui demande de savoir communiquer avec son chien et de l'éduquer pour qu'il soit joyeux, rapide, précis. Des choses que l'on obtient en faisant preuve d'empathie et en ayant un contrôle souple et naturel, librement consenti par le chien, en étant donc un meneur reconnu comme tel selon le principe de la hiérarchie!!!

« L’homme honorable commence par appliquer ce qu’il  veut enseigner; ensuite il l’enseigne » Confucius 

Pour en savoir plus, le livre de Joseph ORTEGA "Guide de l'éducation canine par la Méthode Naturelle".  


Source: http://www.ecole-de-chiot.fr/article.php?sid=1114&thold=0

Une thèse de doctorat sur les chiens catégorisés

CHIENS DITS DANGEREUX : UTILITÉ, LIMITES ET FAILLES DE LA RÉGLEMENTATION FRANÇAISE

these-sur-les-chiens-dits-dangereux.pdf these-sur-les-chiens-dits-dangereux.pdf

Merci à Lucie Marie Lucienne LENGELLÉ, auteur de cette étude, de l'avoir adressée à Astonrott.

Les chiens mordent ? heureusement !!!

http://www.lepost.fr/article/2011/07/20/2552555_les-chiens-mordent-heureusement.html

C'est une caractéristique recherchée particulière à l'espèce et au genre canidé , dans de nombreuses disciplines , c'est une symbolique , un lien , plus le chien mord profond , "grand coeur" , plus il est gentil , équilibré , stable et aime l'homme ! Les collègues cyno de la sécurité civile , recherche , avalanche etc font mordre leurs chiens en récompense dans un boudin à chaque découverte d'une victime , pour tous ceux qui connaissent ce lien , ils savent que c'est le plus bel outil de symbiose , c'est aussi le meilleur thermomètre , n'importe quel maître qui vit , caresse , promène , joue , nourrit son chien , celui qui lui tendra une "toile" , chiffon , sac à patattes le connaîtra mieux que lui en 10 mn , il sondera et aura une lecture indéfectible du moindre trouble , équilibre etc , cerise sur le gateau c'est le seul moyen de soigner un chien dit "agressif" , par le mordant vous le libérez , lui redonnez confiance en l'homme (99% des accidents sont du à des chiens "petits" timorés , craintifs qui mordent en autodéfense suite à des situations d'incompréhension !) Pour le cas de ce Bull-Terrier , ramenez le moi et je vous ferai la démonstration qu'il est incapable de venir me mordre dans le costume en attaque , en revanche il mordra des enfants ou personnes faibles et craintive , fuite , peur etc déclenche morsures violentes en "aspiration" sur de petits chiens instables et sans bases , vivant dans l'incompréhension totale , il est très compliqué pour moi d'expliquer en un article le mécanisme du mordant , en lisant certaines réactions , je vois bien le gouffre qu'il existe entre la connaissance et l'ignorance totale , ça fait froid dans le dos , nous utilisateurs sommes étonnés du pourcentage très faible d'accidents lorsqu'on voit ce que subissent à longueur de temps les chiens dans des familles , ce qui nous conforte de dire que le chien est l'espèce la plus gentille et équilibrée des espèces domestiques ! Pour en revenir au titre de mon article , en effet pour beaucoup de disciplines , travail , utilité , imaginez pour un chasseur au sanglier si son fox léchait le sanglier , pour un conducteur Cyno du gign , bac , si les chiens de Suippe etc se métaient à lécher ou faire des calins ? Voila une vidéo que j'avais mis en ligne en hommage à un très grand passionné et ami Mr August Rogge et son chien Vector , programme NVBK , Nationaal Verbond Belsische Kynologen , discipline de ring du berceau de la région de Malines (commentaire Mr Bart Bellon , très grand dresseur ), je précise qu'en plus de 25 ans de pratique , j'ai jamais vu un de nos chiens mordre un enfant etc , ils sont plus grands que l'homme avec un coeur gros comme ça , ils savent qu'ils savent mordre lol , je rajouterai en conclusion , un petit détail : Aucun conducteur , maître responsable ne laissera son chien en présence d'un enfant et même d'un adulte sans sa présence , encore plus un enfant de la famille !!! Pour ceux qui lisant cet article désireraient en savoir plus , renseignez vous , dans chaque département existe un club affilié scc , terrain de dressage ou tous les "moniteurs ont une connaissance du terrain , de la pratique et pourront vous renseigner , allez même simplement voir et seul , le terrain pour n'importe quelle race , seule la pratique vous apportera des réponses ! Le vétérinaire c'est pour les vaccins , les soins etc , pour le reste , ils feraient mieux de s'abstenir de leurs conseils , j'ai déjà récupérer un max de chiens suite à leurs conseils , pour les comportementalistes , s'ils s'occupent de soigner les propriétaires , les humains , c'est pas de notre ressort , mais de grâce que tous ces gens laissent tranquilles les chiens !

Quand au triste fait divers , je vais répondre par : un chien et un enfant ne font jamais bon ménage quelques soient les aparences , je sais que nombreux éleveurs aiment publier des photos avec leurs molosses etc en compagnie de jeunes enfants , mais c'est un leurre , dans tous les cas l'enfant sera le subordonné dans la hiérarchie familiale , il deviendra un danger vers l'âge de 5 ans puisque grandissant , tout chien cherchera à assoir sa dominance et le testera ! En deux mots , même si beaucoup laissent leur enfant seul avec leur chien , ils prennent des risques inconsidérés , éduquez ou non vos enfants , mais de grâce laissez en paix le chien que vous avez choisit et sachez qu'un chien n'est pas et ne sera jamais un animal pour un enfant ! Tous ces accidents font mal dans le Monde cynophile , ils sont la résultante tout simplement du passage massif du monde du chien d'utilité au monde du chien de famille , de "compagnie" , mais au départ jusqu'à ma connaissance aucune race n'a été créancée pour garder des enfants !!!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site